La Sardaigne, en quelques mots


La Sardaigne, ce sont les yachts illuminés dans des ports animés, les reflets d'une mer émeraude sur des plages de sable blanc ou la quiétude des troupeaux paissant à l'ombre de montagnes indomptées. Ce sont les tombes de géants, nuraghes, maisons de fées et villages préhistoriques semés au fil de sentiers odorants. Ce sont des baies protégées, des criques secrètes, le maquis méditerranéen et de vertigineuses falaises de calcaire, dessinant les contours d’une île de contrastes, à l’identité forte et insoumise.

Des terres enchanteresses de l'intérieur à son célèbre littoral de carte postale, la Sardaigne vous entraîne dans un voyage inoubliable à travers l’histoire et la nature. Entre la mer Tyrrhénienne et la mer de Sardaigne, découvrez les merveilles de la seconde île de Méditerranée, une italienne qui fait de la dolce vita un art à part entière, le temps des vacances ou d'un voyage éclair. 

Quand Partir ?


La Sardaigne bénéficie du climat doux et sec propre aux îles méditerranéennes. Le temps y est donc clément tout au long de l'année. Les vents s'y succèdent au fil des saisons, entre mistral, ponant et sirocco. En été, les températures varient de 25 à 35 °C, rafraîchies par une brise permanente, l'idéal pour savourer les plaisirs de la mer et de la plage. Si vous voulez profiter des multiples randonnées dans la nature sauvage sarde, privilégiez le printemps ou l'automne. D'avril à juin, les températures s'échelonnent de 15 à 25 °C, dans une explosion féerique de couleurs et de parfums. En septembre et en octobre, l'été se prolonge avec des températures de 20 à 25 °C et une mer chaude où il fait bon se baigner. Les amateurs de montagne devront compter 5 °C de moins en moyenne, à 1 000 m d'altitude. L'hiver peut être plus rigoureux sur les hauteurs, offrant même entre octobre et février le sublime spectacle des sommets sardes enneigés.

Pourquoi Partir ?


La Sardaigne littorale, des plages idylliques aux eaux turquoise

La Sardaigne, c'est elle : l'île méditerranéenne dans toute sa beauté, frangée de longues plages de sable blanc et doux. De criques désertes en baies secrètes, la mer vous y éblouira de ses tons de bleus et de verts chatoyants. Vous découvrirez sur la Costa Smeralda, la célèbre Côte d'Émeraude, des paysages d'exception dont la beauté brute est renforcée par le vent soufflant depuis les hautes falaises blanches, et embarquerez pour des îles sauvages tout aussi paradisiaques.

La Sardaigne intérieure, aux paysages indomptés

Si les côtes sont appréciées pour leurs plages de sable blond et la mer aux eaux limpides, l'intérieur de la Sardaigne attire de nombreux passionnés, fascinés par son mystère. Ces terres majoritairement montagneuses et vallonnées abritent des splendeurs naturelles, que vous découvrirez grâce aux sentiers de montagne prévus pour la randonnée. Dans le décor splendide des roches sculptées par les vents, vous croiserez des bergers sardes et leurs troupeaux, une église au détour d'une forêt de chênes-lièges ou des ruines enfouies sous la végétation.

La dolce vita, un art de vivre sarde

De places fleuries et animées en chaises longues au bord de la mer azur, la Sardaigne cultive l'art de vivre à l'italienne. Les habitants sont volubiles, l'hospitalité est naturelle, la gastronomie, un art reconnu. Savourer un verre en terrasse, dîner al fresco de spécialités traditionnelles et paresser sur la plage dans la douceur d'une journée ensoleillée… voilà un aperçu de vos activités pendant vos vacances sur l'île. En Sardaigne, farniente et douceur de vivre sont les maîtres mots.

La culture nuragique

La Sardaigne ne va pas sans ses nuraghes, des édifices mégalithiques en cône tronqué. Il n'est pas un endroit sur l'île où vous ne croiserez pas les vestiges de cette culture née en Sardaigne durant le premier âge du bronze, qui s'est étendue par la suite jusqu'en Corse. Fascinante, mystérieuse, la culture nuragique anime la roche sarde depuis 1800 avant J.-C. en monuments mégalithiques ensorcelants, des tombes de géants aux maisons de fées.

En bref

La gastronomie

La Sardaigne a une double culture gastronomique, méditerranéenne et italienne : pour une cuisine simple et goûteuse, aux multiples spécialités, inscrite par l'Unesco au patrimoine culturel immatériel de l'humanité. Sur les côtes, vous goûterez la cuisine di mare, à base de poissons, coquillages et crustacés. Dans les terres, vous découvrirez la cuisine di terra, à base de viande, gibier, légumes, champignons, fruits. La classique assiette italienne garnie de jambon de cochon ou de sanglier sarde et de fromages comme le pecorino sardo, le casizolu se déguste au début du repas. Également servies en primo, les spécialités de pasta comprennent les malloreddus, de petits gnocchis, les fregula, des pâtes en petites billes, les pillus, sorte de tagliatelles, les culurgionis, des raviolis farcis au fromage… Copieuses et variées, les soupes sont aussi à découvrir, notamment la suppa gallurese au pain rassis, la suppa cuata au pecorino sardo, la sa favata aux fèves… Accompagnez-les d'une tranche de pane carasau, un pain fin et craquant surnommé carta musica. Vous apprécierez aussi les poissons, généralement grillés aux herbes. Le porcheddu, un cochon de lait rôti à la broche et parfumé au myrte, est un incontournable de la gastronomie sarde, comme le boudin de brebis appelé zurette et les arrosti, viandes cuites à la broche ou dans la cendre. Les spécialités pâtissières sont nombreuses, comme les seadas, beignets au fromage de brebis et au miel, les chiacchiere, des gourmandises préparées surtout lors du carnaval, les pardule, petits gâteaux traditionnels de Pâques à base de ricotta, safran et zestes de citron… Les vins sardes à la renommée grandissante, du cannonau au malvoisie, relèveront de notes typiques votre découverte de la cuisine locale, à conclure d’un célèbre digestif italien, entre liqueur de myrte et limoncello.

 

L'histoire

Les plus anciens vestiges retrouvés en Sardaigne témoignent d'une présence humaine 500 000 ans avant J.-C. L'homme ne s'y installe pourtant durablement que vers 6000 avant J.-C., colonisant l'île jusqu'à 1500 avant J.-C., lorsque se développe la civilisation des nuraghi. Indissociable de l'identité sarde, la culture nuragique essaime sur l'île monuments funéraires et mégalithiques, villages et tours tronquées, dont les traces sont toujours visibles aujourd'hui. Sa position centrale en Méditerranée est source de profits et de conflits au fil des siècles. Convoitée par les Mycéniens puis par les Chypriotes, elle est successivement envahie par les Phéniciens, les Carthaginois, les Phocéens… et n'échappe pas à la domination romaine qui marquera la fin de la culture nuragique. À la chute de l'Empire romain au 5e siècle, la Sardaigne est dominée par les Vandales, puis par l'Empire d'Orient dès le 9e siècle. L'éloignement des lointains conquérants pousse l'île à s'organiser en 4 judicats, des royaumes souverains indépendants qui survivront jusqu'au 13e siècle, lorsque les cités de Pise et de Gênes auxquelles ils s'allient pour se débarrasser des Arabes prennent le contrôle de trois des quatre régions. Pour mettre fin aux revendications territoriales des deux cités italiennes ennemies, le pape Boniface VIII confie la Sardaigne au roi d'Aragon en 1297. Le catalan restera la langue dominante jusqu'au 18e siècle, et perdure encore dans certaines régions. Après une courte période autrichienne, la Sardaigne entre finalement dans le royaume italien en 1861. L'île devient en 1948 une région autonome, statut qui garantit l'autonomie administrative de ses institutions locales et la protection de ses particularités linguistiques et culturelles.

 

La culture   

Son histoire millénaire et les conquêtes successives ont fait de la Sardaigne une île à part, farouchement attachée à sa culture et à sa singularité. Si la langue officielle y est l'italien, plusieurs langues locales et régionales subsistent dans l'île. Le sarde est la langue la plus courante, avec deux variantes : le logoudorien et le campidanien. Chacune est elle-même subdivisée en plusieurs dialectes. Ne vous étonnez pas non plus d'entendre également des variantes de corse, de toscan, de catalan ou de génois, selon les endroits. Majoritairement catholique, la Sardaigne perpétue une longue tradition de retraites, pèlerinages, carnavals et processions. Ces évènements célèbrent la culture sarde autant que la religion. Les costumes traditionnels, les chars, les statues, les mamuthones ou les issohadores, personnages de carnaval costumés, vous éblouiront. Les courses de chevaux, processions de bateaux, chants folkloriques et spectacles variés font également partie des différentes traditions festives. La culture artistique sarde est indissociable de la culture nuragique. Les nuraghi – constructions sardes, des tours en cône tronqué – sont présents partout sur l'île et constituent une attraction touristique majeure. Les nombreuses églises, cathédrales ou basiliques témoignent des styles architecturaux romans, toscans, avec des touches baroques. Autre fait remarquable, les peintures murales, un moyen d'expression devenu depuis les années 1970 une véritable tradition, que vous pourrez admirer dans nombre de villages. Très connus, les chants traditionnels sardes utilisent une technique unique au monde, proche du chant diphonique de Mongolie. Le canto a tenore est un chant polyphonique inscrit sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'Unesco.

 

Les sports et loisirs         

En Sardaigne, la nature est le théâtre privilégié de tous les types de sports et loisirs, des plus calmes aux plus actifs. Randonnée et cyclotourisme vous permettront de profiter des merveilles naturelles de l'île. Les nombreux parcs nationaux, comme le parc national du golfe d'Orosei-Gennargentu, vous réserveront des découvertes riches en émotion, de grottes en points de vue panoramiques. Pour des promenades littorales paisibles, explorez la multitude de plages paradisiaques, les îles de La Maddalena, le Capo Sandalo ou le parc national de l'Asinara. La région de l'Ogliastra, aux panoramas éblouissants, régalera les amateurs de vélo et de vitesse. Les centres équestres proposent également des cours et promenades aux cavaliers souhaitant parcourir les terres sardes à cheval. Les rochers escarpés de l'arrière-pays réserveront quant à eux des défis vertigineux aux grimpeurs du monde entier. Comme souvent en Méditerranée, les eaux cristallines de la Sardaigne promettent de somptueuses plongées où, au large des îles et dans la zone marine protégée des îles Maddalena, au nord, vous observerez tortues, dauphins, requins inoffensifs et poissons colorés. Pour contempler de près les hautes falaises et leurs criques secrètes, vous opterez pour une des nombreuses excursions en bateau proposées dans les villes portuaires ou pourrez louer vous-même un bateau pour rejoindre les baies désertes, cachées sur les îles. Une grande variété de sports de voile est également possible en Sardaigne. Les surfeurs jetteront leur dévolu sur la côte occidentale, alors que les véliplanchistes préféreront Porto Pollo, un grand centre de planche à voile. Le kayak de mer, kitesurf, windsurf ou voile se pratiquent partout.

Les lieux incontournables

 

Olbia

Surnommée la "ville où il fait bon vivre", Olbia se situe sur la côte nord-est de l'île, au sud de la Costa Smeralda, au fond d'une grande baie abritée. Son nom signifie "bonheur" en grec, un heureux présage pour cette ville, l'une des plus importantes de l'île, qui accueille l'aéroport principal de Sardaigne – porte d'entrée de la plupart des voyageurs – et un port maritime menant vers la Corse ou la péninsule italienne. Olbia est la capitale historique de la Gallura, une région sauvage du nord de l'île aux paysages de granit plantés de chênes-lièges. La vieille ville a su conserver un charme bien à elle, avec de nombreux témoignages d'un riche passé culturel et architectural. Carthaginois et Romains ont laissé leur empreinte dans le centre ancien bien conservé, qui vous mènera à travers des ruelles baignées de soleil de l'aqueduc romain à la basilique de style roman-pisan de San Simplicio, datant du 12e siècle, en passant par l'église de Saint-Paul Apôtre, édifiée à l'époque médiévale. Le Palazzetto Umbertino abritant la bibliothèque vous charmera tout autant, ainsi que l’église S. Paolo. Votre flânerie dans la ville sera également l'occasion de découvrir l'artisanat local : objets en cuir ou en céramique, bijoux en corail, huile d'olive et les pâtisseries aux amandes… À quelques kilomètres du centre, le site nuragique de Cabu Abbas et le puits sacré Sa Testa vous offriront deux des plus beaux témoignages de la culture fondatrice de l’île, datant des 8e et 6e siècles avant J.-C.

 

La Costa Smeralda

Située au nord-est de la Sardaigne, entre les golfes d'Arzachena et de Cugnana, la Costa Smeralda ou Côte d'Émeraude doit son nom à ses eaux claires et ses 55 km de côtes idylliques qui ont fait sa renommée. Elle est le fruit des efforts du prince Karim Aga Khan IV, déterminé à faire de cette vaste côte sauvage l'un des lieux de villégiature les plus luxueux de la Méditerranée. Un pari réussi, la Costa Smeralda figurant parmi les destinations les plus prisées des riches vacanciers. Sur la Costa Smeralda, vous profiterez de splendides panoramas tout en paressant sur le sable nacré des longues plages encadrées de rochers de granit et baignées de soleil, de Golfo del Pevero à Cala di Volpe ou Punta Capriccioli. Entre deux plongeons dans les eaux chaudes et cristallines, vous explorerez les villages disséminés le long de la côte, admirant leur centre ancien et leur artisanat, et vous vous désaltérerez aux terrasses de leurs jolies places ombragées. Vous découvrirez aussi avec plaisir l'intense vie nocturne de la Costa Smeralda. Porto Cervo est la station incontournable de cette côte. Aussi accueillante qu'agréable, elle distribue ses villas entre terrains de golf et maquis, boutiques, bars et restaurants de qualité. De concerts en soirées, de festivals en évènements divers, le même dynamisme vous attend à Porto Rotondo, sur le golfe de Cugnana, à Cala di Volpe ou Baia Sardinia. Prenez le temps de poser vos valises au Boutique Hôtel San Paolo ou au Colonna Beach Resort, sélectionnés pour vous par Ôvoyages, et laissez-vous charmer par l'ambiance inimitable qui a fait le succès de la Costa Smeralda.

 

Cagliari

À l'extrémité sud de l'île se trouve Cagliari, le chef-lieu et la capitale historique de la Sardaigne. Ancrée dans le vaste golfe éponyme, la commune s'étend le long de la côte méridionale, encadrée de collines calcaires à l'intrigante beauté. Cagliari est aujourd'hui une ville dynamique au charme authentique, accueillant le plus grand port de la Sardaigne. Le quartier historique vous comblera avec ses nombreux palais, églises et vestiges. Vous pourrez commencer votre visite par le castello, une citadelle médiévale fortifiée, située au sommet d'une colline. Les ruelles labyrinthiques de la vieille ville vous emmèneront jusqu'à ses deux tours de calcaire blanc étincelant, la tour San Pancrazio et la tour de l'Éléphant, symboles de l'île et de l'architecture militaire pisane. Poursuivez jusqu'à la cathédrale de Santa Maria, qui a conservé son clocher d'origine, puis jusqu'à l'ancien palais royal, demeure du vice-roi de Sardaigne jusqu'en 1848, non loin du musée Archéologique, qui vous parlera de la civilisation nuragique. Le long des ruelles pavées, vous aurez plaisir à musarder parmi les échoppes typiques des artisans. Ville verte, Cagliari se distingue par ses nombreux parcs à la végétation subtropicale et méditerranéenne. Vous aimerez particulièrement le parc de Terramaini et ses flamants roses. Entre autres curiosités, la fête de Sant'Efisio, qui se déroule le 1er mai, est indéniablement la plus célèbre de Sardaigne, avec sa somptueuse procession en habits traditionnels et ses nombreux chars. Ville côtière, Cagliari offre aussi une plage de 10 km de sable fin, la plage du Poetto, ainsi que de nombreuses criques et baies.

 

Les îles Maddalena         

Une soixantaine d'îles et d'îlots constituent l'archipel de La Maddalena, paillettes de terres sur la pointe nord de la Sardaigne. Les îles principales de Caprera, Spargi, Santo Stefano, Budelli, Santa Maria, Razzoli et La Maddalena et la cinquantaine d'îlots mineurs faits de rochers de schiste ou de granit érodés y offrent des panoramas aussi exceptionnels que mystérieux. Quatre d'entre elles, La Maddalena, Caprera, Santo Stefano et Spargi, appartiennent au parc national de l'archipel de La Maddalena, 180 km de côtes protégées qui permettront aux visiteurs de profiter de la beauté de la vie sauvage. À pied, ou en voilier sur les eaux de la Méditerranée, vous pourrez y observer goélands et cormorans, arbustes et plantes aquatiques typiques. Rejoignez ensuite l'île de Budelli et sa plage rose, une étendue de sable rougi par des particules calcaires, rendue célèbre par le cinéaste Michelangelo Antonioni dans son film Le Désert rouge. Elle est désormais entièrement protégée ; vous ne pourrez l'admirer que de loin. La plus grande des îles de l'archipel et sa ville éponyme, La Maddalena, vous proposent quant à elles toute une série de vues d'exception sur le parc national, grâce à un parcours en corniche de 20,5 km autour de l'île. Un pont vous mènera jusqu'à l'île voisine de Caprera, la deuxième plus grande de l'archipel, impressionnante par sa falaise vertigineuse plongeant dans l'océan, sa riche flore, la Cala Coticcio, une anse aux eaux limpides, et son école de voile renommée.

 

L'île d'Asinara       

Située au large de la pointe nord-ouest de la Sardaigne, Asinara est une île montagneuse fermant le golfe du même nom. Elle est célèbre autant pour ses 110 km de côtes aux plages de rêve que pour sa population d'ânes Asinara, des ânes albinos dont elle tire son nom. Couverte de maquis méditerranéen, l'île appartient au parc national de l'Asinara, rattaché à la commune sarde de Porto Torres. Vous y découvrirez une flore variée, comprenant 678 espèces, dont 29 endémiques. Si vous avez de la chance, vous y apercevrez aussi des mouflons, chevaux, sangliers, goélands, cormorans, faucons, perdrix… ainsi que le petit âne sarde, emblématique de l'île. Le Nord affiche des paysages de falaises sauvages aux roches abruptes et quelques véritables merveilles de sable blanc. Arrêtez-vous sur la Cala d'Arena, sans doute l'une des plages les plus spectaculaires de l'île, avec son eau étonnamment transparente et sa tour côtière du 16e siècle. Plus au nord, la Cala Sabina propose un sable d'une finesse exceptionnelle, au pied du promontoire granitique de Punta Barbarossa. Profitez-en pour plonger et explorer les trésors sous-marins du parc national, en apnée ou en bouteille. Vous pourrez voir également sur l'île de nombreux témoignages d'un passé mouvementé. Asinara abrita ainsi un camp de prisonniers austro-hongrois durant la Première Guerre mondiale. Des membres de la noblesse éthiopienne y furent enfermés entre 1936 et 1941, pendant l'occupation italienne de l'Éthiopie. Vous y trouverez aussi les restes d'une prison de haute sécurité qui vit passer un chef de la mafia. Pour l’explorer en toute tranquillité l'île, accédez à l’île en bateau depuis Porto Torres ou Stintino.

 

Alghero       

Alghero est la cinquième plus grande ville de Sardaigne, installée sur la côte nord-ouest. Catalane de cœur et d'origine, elle a fait de ces racines l'un des piliers de son identité, et dispose de son propre dialecte catalan, l'alguérois. Vous verrez d'ailleurs parfois le nom catalan de la ville, L'Alguer. Surnommée la "côte du corail" en raison de ses coraux rouges, la côte alguéroise a transformé cette particularité en artisanat très prisé que vous trouverez dans les échoppes de la vieille ville, concentrée sur une presqu'île cernée de fortifications médiévales récemment restaurées. Prenez le temps de parcourir les ruelles étroites jusqu'à la cathédrale et admirer son campanile gothique catalan, avant d'emprunter la promenade côtière, de la plage de Bosa jusqu'au port d'Alghero. Vous y découvrirez des bastions défensifs nommés d'après de célèbres explorateurs, ainsi qu'un grand nombre de portes et de tours, ou encore les ruines du fort de la Maddalena. Cloîtres, églises et palais participent également au charme de la vieille ville, dotée d'un petit port de pêche qui s'étend au pied des fortifications. Vous y embarquerez pour les grottes de Neptune, une curiosité naturelle découverte au 18e siècle. Ces grottes marines abritent l'un des plus grands lacs salés d'Europe, ainsi que plusieurs salles aux allures de cathédrale, parsemées de forêts de stalactites et de stalagmites aux formes étranges. En prenant la route au nord d'Alghero, vous atteindrez des baies fantastiques, ombragées de pins centenaires, des criques rocheuses aux eaux pures et des plages préservées de sable blanc. Réservez à l'hôtel Ôclub del Golfo Sardaigne 4* et prolongez la visite des grottes de Neptune par une promenade sur le Cap Caccia, incroyable presqu'île de calcaire aux falaises peuplées d'oiseaux.

 

Bosa 

Située sur la côte ouest de la Sardaigne, la petite ville de Bosa s'étend sur les bords du fleuve Temo. Cette ville côtière, classée parmi les "plus beaux bourgs d'Italie", conserve de son passé médiéval les typiques ruelles tortueuses du quartier Sa Costa, ponctuées de marches et de perrons de pierre. Suivez-les jusqu'au château Malaspina, qui domine le port, point de départ de maisons aristocratiques dont les couleurs pastel se reflètent dans le fleuve. Sa traversée vous mènera sur la rive opposée, dans le quartier des artisans formé de grands ateliers du 17e siècle et de tanneries abandonnées. Tout au long de la promenade, des bateaux de pêche aux couleurs vives glissent sur le fleuve, l'un des seuls navigables de Sardaigne. Comme sa voisine Alghero, Bosa vous comblera avec son artisanat basé sur la transformation du corail, ainsi que sa maîtrise du filigrane d'or. La ville est également réputée pour son malvasia, un vin de qualité que vous pourrez siroter durant les longues soirées d'été sur les terrasses et les deux places centrales de la ville, au charme typiquement italien. Vous découvrirez pendant votre balade de nombreux vestiges du passé florissant de la ville, avec ses églises et monuments dressés entre deux bâtiments de pierre rose. Un passé qui semble reprendre vie à chacune des fêtes animant les ruelles, du carnaval de Bosa en février aux fêtes religieuses du premier dimanche d'août ou du deuxième dimanche de septembre. Profitez-en pour explorer la côte de Bosa, qui offre une multitude de cales et de plages le long de la route reliant la ville à Alghero.

 

Le golfe d'Orosei

Creusé dans la côte est de la Sardaigne, le golfe d'Orosei appartient au parc national du golfe d'Orosei-Gennargentu, étendu sur 15 km à l'intérieur des terres, et abritant une faune et une flore aux nombreuses espèces endémiques. Le golfe lui-même se déploie sur 50 km le long du littoral, entre Orosei, ancien port pisan au centre historique préservé, et Santa Maria Navarrese. Depuis Orosei, une route côtière aux fabuleux panoramas longe les falaises jusqu'au petit port de Cala Gonone. Ce village de pêcheurs typique, au charme intact, est le dernier arrêt motorisé avant les criques secrètes du golfe. Une excursion à pied ou en bateau vous mènera dès lors à la découverte des trésors sauvages d'une nature d'exception, où le bleu du ciel se confond au bleu de la mer, dans les embruns et les parfums de maquis. Animées par le ballet incessant des oiseaux, les immenses falaises plongent dans les eaux cristallines d'une Méditerranée piquée d'aiguillons rocheux. En longeant les criques inaccessibles, vous atteindrez les superbes plages de Cala Mariolu ou Cala Luna, Cala Sisine, Cala Biriola ou Cala Goloritzé, classée par l'Unesco. Ces plages sublimes, cernées de grottes marines et de roches calcaires, sont célèbres pour leur sable couleur de lune et leurs eaux transparentes. Profitez de l'excursion pour visiter la grotte Bue Marino, l'une des plus belles de Sardaigne, connue pour avoir accueilli les dernières populations de phoques moines du golfe. Vous accéderez à son ombre fraîche après une randonnée de 3 heures, ou par bateau. Prolongez la découverte du golfe d'Orosei en réservant à l'hôtel Cala della Torre.

 

Les villages de la Barbagia     

La Barbagia, une région montagneuse de Sardaigne, s'étend au pied du massif du Gennargentu, en plein cœur de l'île. Réputée insoumise et sauvage, elle tire son nom du latin barbaria pour barbares, qui qualifiait ses habitants, connus pour leur résistance farouche aux envahisseurs. Les terres aux reliefs inaccessibles et aux vallées profondes les ont longtemps protégés des conquérants. Cette particularité fait aujourd'hui de la Barbagia une région à l'identité forte et attachée à sa culture. Vous y découvrirez des villages à l'authenticité unique, perpétuant des traditions disparues ailleurs. Les manifestations folkloriques y sont nombreuses, propres à chaque village, du carnaval masqué de Mamoiada aux peintures murales d'Orgosolo, en passant par la fête des châtaignes d'Aritzo. Au mois de septembre, plusieurs villages participent à Automne en Barbagia, un événement qui propose des concerts, spectacles et vente de produits artisanaux. Visitez Oliena pour la couture, Dorgali pour la maroquinerie, Belvì pour la menuiserie. Tout en découvrant cette culture préservée, vous tomberez sous le charme des paysages sauvages de la Barbagia, dominés par le mont Corrasi, qui culmine à 1 463 m. Avec ses vallées encaissées aux parois de calcaire déchiquetées, la région regorge de sentiers d'excursion. De nombreux points de vue panoramiques plongent vers le golfe d'Orosei ou le Supramonte de Dorgali. Vous aurez également l'occasion de croiser sur les chemins des témoignages de l'antique civilisation nuragique de l'île, de villages en tombes de géants. Ôvoyages a sélectionné pour vous l'hôtel Arbatax, pour que vous puissiez explorer la région à fond et profiter de votre séjour.

 

Tempio Pausania 

Au nord de la Sardaigne, Tempio Pausania est la seconde ville de la région historique de la Gallura. Elle est située dans les terres, en Gallura intérieure. Vous pourrez rejoindre cette ville au charme authentique par de petites routes de campagne sinueuses, encadrées de collines où poussent vignes et chênes-lièges. Tempio Pausania se veut centre administratif et culturel, préservant jalousement ses racines sardes et son dialecte gallurais, proche de l'oltramontano corse. En vous promenant dans le centre historique jusqu'à la cathédrale San Pietro Apostolo, vous découvrirez l'architecture typique des palais de granit sardes. Plusieurs églises la côtoient, déclinant tour à tour les styles baroque ou Renaissance. Explorez également les nuraghes Monti Pinna, Tanca Manna Izzana, Culbinu, Agnu et Majori, dispersés sur la commune. Au fil des petits bourgs originaux, vous rencontrerez nombre d'artisans et de viticulteurs, et vous accorderez une pause pour goûter les bons vins des vignobles locaux. D'autres curiosités vous attendent, comme le musée Historique des machines du liège, détaillant le travail du liège qui, avec le granit, est une tradition de la commune. Partez aussi à la découverte des sources thermales ou du museum Templense, exposant des objets de culte et tableaux religieux. La ville héberge tous les ans, au début du mois de février, l'un des plus célèbres carnavals de Sardaigne. Toute l'île vient assister aux défilés de chars allégoriques, au son de groupes folkloriques. 

Les lieux insolites

 

Le village préhistorique de Tiscali    

Situé au nord du parc national du golfe d'Orosei-Gennargentu, sur la côte est de la Sardaigne, le site de Tiscali est constitué des ruines d'un village nuragique. Ce dernier est bâti à l'intérieur d'une doline, une dépression circulaire qui serait à Tiscali, selon les archéologues, une vaste grotte dont la voûte se serait effondrée des millénaires plus tôt. La culture nuragique, caractéristique de la Sardaigne, remonte à l'âge de bronze. Le village préhistorique souterrain de Tiscali est accessible après une randonnée de 2 heures. Une ascension égayée par des chants d'oiseaux sur des sentiers de montagne ponctués de panoramas inoubliables plongeant dans la vallée, qui vous mènera jusqu'à l'entrée de la doline. Le guide qui vous y attend vous conduira jusqu'à un parcours circulaire. Sous les hautes parois calcaires âgées de 160 à 180 millions d'années, vous découvrirez des arbres séculaires aux troncs noueux et les vestiges de deux groupes de cabanes en pierre aux formes variées, témoignages d'un habitat à l'usage toujours mystérieux. Ce décor fabuleux aux concrétions blanches et ocre crée une ambiance hors du temps qui ne manquera pas de vous envoûter. Niché sur la montagne Tiscali, au cœur du massif du Supramonte, le village de Tiscali présente toute la palette du maquis méditerranéen. Figuiers, érables, frênes ou térébinthes déploient leurs feuilles dans ce magnifique parc national. Profitez de votre séjour pour réserver à l'hôtel Arbatax, à proximité de Tiscali, et découvrez les nombreuses merveilles que réservent le parc national du golfe d'Orosei-Gennargentu et la montagne Tiscali.

 

Le site archéologique de Su Nuraxi   

Au cœur de la Sardaigne et à l'ouest de Barumini se trouve l'un des sites mégalithiques les mieux conservés d'Europe, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco : le site archéologique de Su Nuraxi. Cette ancienne cité nuragique est concentrée autour d'un nuraghe monumental, une tour conique tronquée, spécifique de la culture nuragique. Avec ses 18,60 m de hauteur, ses 3 étages en pierre de taille et ses salles intérieures voûtées en encorbellement, Su Nuraxi vous entraîne à l'âge du bronze, au cœur de la plus grande forteresse de l'île. Ce nuraghe est le plus complet trouvé à ce jour, témoignant d'une forme d'architecture préhistorique unique en son genre. Vous y découvrirez les vestiges d'une mystérieuse cité développée autour de son imprenable forteresse, constituée de 4 tours plus petites et d'une épaisse muraille dont l'unique entrée se situait à 7 m au-dessus du sol. Vous pourrez visiter le fort grâce au tunnel creusé dans ses murs. Autour de la forteresse, les ruelles étroites du village disparu sinuent toujours entre les pierres alignées, révélant tour à tour un puits ou une cabane, des citernes ou des maisons. 3 500 ans plus tard, la magie de la civilisation perdue qui plane toujours sur ce site d'exception vous séduira certainement.

 

Les peintures murales d'Orgosolo    

Au cœur de la Barbagia, une région sauvage de l'intérieur des terres, Orgosolo est l'une des destinations les plus atypiques de Sardaigne. Ce village perché à 620 m d'altitude sur le flanc nord du massif du Gennargentu, dans des paysages de pâturages et de montagnes, a fait des peintures murales modernes sa marque de fabrique. Des centaines de fresques décorent les murs de la petite commune rurale, conférant aux immeubles, maisons et hangars un véritable rôle militant. Le petit bourg est désormais surnommé la "capitale du muralisme italien", un art urbain repris depuis par d'autres communes. Lancées au tout début des années 1970 par un groupe anarchiste italien, les peintures murales d'Orgosolo ont un caractère essentiellement politique et sont largement figuratives, racontant les luttes ouvrières, la Résistance, les guerres ou la vie difficile des paysans et des bergers dans les campagnes, et les luttes pour la terre. D'autres témoignent de la culture sarde et de la vie quotidienne du village. La tradition muraliste est aujourd'hui l'une des curiosités de l'île, une forme de décor urbain au caractère unique, attirant des artistes du monde entier. Une simple promenade dans le bourg vous permettra de découvrir son histoire inscrite sur les murs. Prolongez votre balade en explorant les alentours de la commune, cernée de vestiges nuragiques. Villages de pierre, dolmens ou tombes y offrent un contraste saisissant avec les peintures murales.

 

L'Ogliastra 

L'Ogliastra est une région de l'est de la Sardaigne. C'est le territoire le moins densément peuplé de l'île. L'essence même de la Sardaigne sauvage se révèle dans ses somptueux paysages et panoramas, des champs d'oliviers dont elle tire son nom aux falaises rocheuses plongeant dans la Méditerranée sur 80 km de littoral. Remontez la côte en bateau ou marchez le long des sentiers de montagne jusqu'à traverser vignes et pâturages, forêts ancestrales et formations calcaires aux lignes improbables. Poursuivez jusqu'au plateau de Golgo, à 20 km de Baunei. Les monuments naturels y côtoient les vestiges nuraghes, créant un paysage fantasmagorique dans lequel la roche semble prendre vie. Les domus de janas de la zone archéologique d'Ulassai, ces inquiétantes sépultures creusées dans la roche, sont également appelés maisons des fées… ou maisons des sorcières. Les tombes des géants sont, quant à elles, d'immenses chambres funéraires collectives nuragiques, uniques en Europe continentale. Pour qui aime marcher, l'Ogliastra offre le plus haut sommet de Sardaigne, qui culmine à 1 834 m d'altitude, nommé Punta La Marmora, une sublime randonnée où l'île se dévoile dans un entêtant parfum de thym. Pour ceux qui préfèrent découvrir les autres attraits de la région, les vignes locales produisent le cannonau, un vin rouge tannique et riche en fruits, censé posséder d'étonnantes vertus anti-oxydantes. Des curiosités locales à découvrir sans se presser, pour profiter des mille richesses de l’Ogliastra.

 

L'église Santa Maria del Regno          

Situé au nord de la Sardaigne, dans la province de Sassari, le village d'Ardara est l'une de ces charmantes communes rurales, typiques de l'intérieur des terres sardes. Ce petit bourg possède un trésor bien caché, l'église Santa Maria del Regno, ou Sainte-Marie du Règne, dressée sur un éperon rocheux, où furent un jour couronnés les rois de la Sardaigne médiévale. Construite entre la fin du 11e et le début du 13e siècle, l'église Santa Maria del Regno affiche un style roman-pisan à trois nefs, rythmées par des arcades surmontant des pilastres cylindriques. L'imposante bâtisse est constituée de trachyte noir, une roche volcanique. Sous son austère façade droite et sombre, creusée d'une fenêtre en forme de croix, vous découvrirez un intérieur d'une incroyable richesse picturale. Les colonnes doriques encadrant la nef centrale de l'église sont peintes de portraits des apôtres et des quatre pères de l'Église à échelle humaine. Derrière un autel richement décoré se trouve un retable de 12 m, le plus beau polyptyque de Sardaigne. Cette peinture religieuse est constituée de plusieurs tableaux aux teintes profondes, soulignés et encadrés d'ors chauds, contant la vie de la Vierge Marie. Peint par Giovanni Muru, le retable occupe toute la hauteur du chœur, complété d'une majestueuse statue de Vierge à l'Enfant. Prenez le temps de découvrir également les peintures murales typiquement sardes qui décorent les rues du village, en réservant un hôtel à proximité. Ôvoyages a sélectionné pour vous l’Ôclub del Golfo Sardaigne 4*, prêt à vous accueillir tout au long de l'année.

 

Les dunes de Piscinas    

Surnommées le "mini Sahara sarde", les dunes de Piscinas se situent au sud-ouest de l'île, sur la magnifique Costa Verde. La côte la plus sauvage de Sardaigne borde la plage de Piscinas de gigantesques dunes, qui atteignent pour certaines 60 m de haut et jusqu'à 2 km de profondeur. Quelques pas dans le sable doré suffiront à vous plonger dans un majestueux silence, à peine perturbé par le bruit du vent ciselant les dunes ou le doux chant des cigales. Les faibles précipitations et les fortes chaleurs de l'été font de Piscinas l'un des seuls déserts européens. Un désert reposant plutôt qu'étouffant, enchâssé entre mer et maquis, dont vous apercevrez la fin où que vous soyez. Profitez d'une promenade dans le sable chaud, lorsque les températures sont raisonnables, pour observer la végétation désertique qui parsème les dunes. Genévriers, lentisques, lys de mer, oyats ou oliviers noueux servent de refuge aux cerfs sardes qui s'aventurent parfois jusqu'à la mer, ou aux tortues de mer qui viennent y pondre leurs œufs durant les mois de juin et juillet. Les dunes de Piscinas ne sont pas la seule curiosité locale. À l'est se trouve le parc géo-minier et naturel de Sardaigne, qui regroupe les anciennes mines de zinc et de plomb de Guspini, inscrites au patrimoine mondial de l'Unesco. Vous y découvrirez le complexe minier de Montevecchio et la maison de l'ancien directeur de la mine. Les amateurs de plongée se régaleront, quant à eux, de l'épave d'un navire transporteur de plomb gisant à quelques centaines de mètres de la côte, sur le fond sablonneux de la Méditerranée.

Les itinéraires conseillés

 

Costa del Sud, de Teulada à Pula

  • Distance : environ 45 km
  • Durée : 2 jours

La côte sud de la Sardaigne est un concentré de ce que l'île italienne offre de meilleur : des vues à couper le souffle, des plages de sable blanc et des curiosités à la richesse incomparable. Commencez par Teulada, une terre montagneuse bordée par la forêt d'Is Cannoneris, l'une des plus étendues de l'île. Descendez jusqu'à l'incroyable route côtière panoramique de la Costa del Sud, et laissez-vous guider le long de son littoral enchanteur jusqu'à la plage de Tuerredda, paradisiaque bande de sable fin aux eaux turquoise. Vers le nord, vous trouverez Domus de Maria, une base pour les randonnées dans la forêt, à moins que vous ne poursuiviez jusqu'à la tour de Chia et ses plages, à proximité de l'hôtel Parco Torre Chia. Le lendemain, vous pourrez pousser jusqu'à Santa Margherita di Pula, une magnifique zone balnéaire cernée de plaines et de montagnes. Visitez le site archéologique de la cité phénicienne de Nora, à Pula. Avec ses thermes, ses temples, ses habitations en ruine et ses restes de mosaïques, elle vous embarquera dans un autre millénaire.

 

Côte est, d'Olbia à Porto Cervo

  • Distance : environ 30 km
  • Durée : 1 journée

Si vous souhaitez découvrir la Sardaigne de carte postale, suivez la Costa Smeralda, ses plages de rêve et ses panoramas somptueux. Prenez le temps d'errer dans les rues anciennes et préservées d'Olbia avant de vous lancer sur la route côtière, qui vous fera longer Pittulongu jusqu'aux rochers de la plage Cala Sassari ou les eaux limpides de la Spiaggia Bianca. Poussez jusqu'à Capo Figari, à la pointe du golfe d'Aranci, pour observer les mouflons en liberté. Savourez une pause en terrasse à Golfo Aranci, puis une promenade dans la mondaine Porto Rotondo. En prenant la route provinciale, vous verrez défiler les paysages sauvages de la Costa Smeralda, tableaux vivants de falaises pâles effleurées par une Méditerranée couleur émeraude. Arrêtez-vous sur les sublimes plages de Razza di Giunco, Liscia Ruja ou Principe, avec une étape à Cala di Volpe, petit port naturel. Achevez le voyage par les yachts et voiliers de la raffinée Porto Cervo, star de la Côte d'Émeraude, avant de rejoindre le Boutique Hotel San Paolo ou Colonna Beach Resort.

 

Côte nord, de Santa Teresa à Alghero

  • Distance : environ 135 km
  • Durée : 3 jours

Après la visite de Santa Teresa, village de l'époque romaine situé dans la baie naturelle du Porto Longosardo, laissez-vous entraîner le long de la côte nord jusqu'à Capo Testa. Vous y découvrirez les panoramas éblouissants de Cala Grande - Valle della Luna, d'immenses rochers de granit blanc annonçant le défilé de paysages sauvages constituant la route du Nord. Si vous avez le temps, faites un saut dans les terres jusqu'à Tempio Pausania, ville sarde pleine de surprises. Rejoignez ensuite Sassari pour une promenade dans la ville universitaire, avant de poser vos valises à l'hôtel Ôclub del Golfo Sardaigne 4*. Le lendemain, suivez le littoral jusqu'à Porto Torres et ses nombreux vestiges préhistoriques, puis poussez jusqu'à Stintino et sa plage idyllique, la Spiaggia della Pelosa, à moins de prendre un ferry pour rejoindre l'île sauvage du parc national d'Asinara et ses ânes albinos. Le troisième jour, laissez-vous guider par le littoral jusqu'au parc naturel régional de Porto Conte et les vertigineuses falaises de Capo Caccia, avant de rejoindre Alghero, ville animée aux vues inoubliables.

Guide pratique

 

Infos pratiques

Les papiers

La Sardaigne fait partie de l'Union européenne. La monnaie officielle est donc l'euro, et les citoyens européens peuvent y entrer avec une simple carte d'identité ou un passeport en cours de validité. Les enfants qui voyagent doivent avoir leurs propres papiers d'identité. La carte européenne d'assurance maladie vous permettra de bénéficier d'une prise en charge en cas d'incident. Pensez à la demander à votre caisse d'assurance maladie au moins 15 jours avant votre départ. Pour conduire en Sardaigne, vous devez être titulaire d'un permis de conduire européen valide, d'une assurance responsabilité civile et d'une carte verte d'assurance internationale. Il vous suffit de la réclamer à votre assureur avant le départ.

Internet

La plupart des hébergements, bars et restaurants de l'île proposent un accès wifi à leurs clients. Certaines villes disposent même du tout-wifi.

Les horaires

La notion d'horaires peut être très souple en Sardaigne. Si vous prévoyez une visite, vérifiez toujours les jours et horaires d'ouverture avant de quitter l'hôtel, pour éviter les mauvaises surprises. Vous pouvez simplement vous adresser à l'accueil, ou à un guide local. Les Sardes dînent tard. Si vous souhaitez profiter de l'animation populaire, n'arrivez pas avant 21 h au restaurant. En revanche, pour manger au calme ou trouver une table dans un endroit fréquenté, préférez le début de soirée. Si quelques banques sont ouvertes le samedi matin, la plupart sont fermées tout le week-end. Les bureaux de poste sont ouverts du lundi au vendredi, parfois seulement le matin pour les bureaux secondaires. Dans les grandes villes, ils peuvent être ouverts le samedi. Vous pourrez également acheter des timbres, si besoin, dans les bureaux de tabac ou tabacchino. Les boutiques sont généralement ouvertes du lundi après-midi au samedi, et fermées le dimanche et le lundi matin. Les horaires de la plupart des commerces, bars et restaurants exceptés, suivent le rythme méditerranéen pour s'adapter à la chaleur… et à la sieste. Ils ouvrent tôt le matin, ferment tard le soir, mais sont en principe fermés entre 13 h et 16 h, voire 17 h. Les églises suivent plus ou moins le même rythme.

Transports

Il existe trois aéroports principaux sur l'île.

  • L'aéroport Elmas à Cagliari, dans le Sud.
  • L'aéroport Fertilia à Alghero, dans le Nord-Ouest.
  • L'aéroport Olbia Costa Smeralda, à Olbia.

Le vol depuis Paris dure environ 2 heures. Vous pouvez également opter pour un vol au départ de l'Italie, ou une liaison maritime depuis la Corse, l'Italie ou même Marseille.

Se déplacer

Sur l'île, vous aurez la possibilité de vous déplacer en voiture, en bus ou en train. Le bus est plus adapté pour voyager à l'intérieur des terres, le train, pour longer les côtes. Il est peu coûteux, mais peu rapide. Notez que certaines liaisons sont interrompues les dimanches et jours fériés, en particulier le bus dans les petites communes. Vous devrez donc adapter vos déplacements.

La voiture vous offrira une grande liberté de mouvement. La conduite s'effectue à droite, comme en France, et les vitesses sont limitées à 90 km/h sur les routes, comme en Italie. Le taux d'alcool autorisé dans le sang est de 0,05 %. Attention, les feux de croisement doivent obligatoirement être allumés sur les voies rapides, de jour comme de nuit, sous peine d'amende. Si vous entrez en Sardaigne avec votre voiture, les règles sont les mêmes qu'en France. Vous devez avoir une carte grise et une plaque d'immatriculation en règle, sans oublier le gilet jaune ou orange et le triangle de signalisation.

Le bateau est également un moyen simple de se déplacer le long du littoral. Plusieurs îles sont reliées par des ferries qui vous permettront d'embarquer avec un vélo ou une voiture. Si vous voyagez hors saison, vérifiez les horaires à l'avance, les liaisons étant moins fréquentes.

 

Conseils

La signalisation et le balisage sardes sont approximatifs, sur le réseau routier comme sur les sentiers de montagne. Prévoyez un GPS dans l'idéal, une bonne carte routière et une carte de randonnée au minimum. Sans carte, il vaut mieux louer les services d'un guide plutôt que de vous aventurer seul sur des sentiers peu connus.

Les pourboires ne sont pas obligatoires. Il est toutefois toujours bien vu de laisser quelques pièces de monnaie au restaurant ou dans les bars : prévoyez 1 € par personne, en moyenne. Le pourboire est également usuel dans les hôtels haut de gamme, ou lorsque l'addition n'inclut pas le service. Comptez dans ce cas 10 % du montant de la note. Les cartes de crédit sont acceptées dans la majorité des commerces.

En Sardaigne, attention au soleil. Prévoyez une crème solaire haute protection, et renouvelez l'application toutes les deux heures, ou à chaque sortie de l'eau. Emportez un parasol si vous fréquentez les plages aux heures les plus chaudes, ainsi que des bouteilles d'eau. Évitez également les activités sportives au plus chaud de la journée, en particulier en juillet et août, où les températures atteignent parfois les 35 °C. Dans tous les cas, équipez-vous de lunettes de soleil, d'un chapeau et de vêtements légers.

Si vous partez en été, glissez dans vos bagages un répulsif anti-moustiques.

Les prises de courant italiennes ont deux ou trois broches. Si vos appareils électriques disposent de grosses fiches, ils peuvent nécessiter un adaptateur, que vous pourrez acheter dans n'importe quel supermarché. Le courant électrique est en 220 V.

 

Jours fériés/dates importantes

  • 1er janvier : jour de l'An, ou Capodanno.
  • 6 janvier : Épiphanie, ou Epifania, Befana.
  • Février : carnaval dans toute l'île.
  • Lundi de Pâques, ou Pasquetta.
  • 25 avril : Libération, ou Liberazione del 1945.
  • 1er mai : fête du Travail, ou Festa del lavoro, et jour de la Sant'Efisio de Cagliari.
  • 2 juin : fête de la République italienne.
  • 15 août : Ascension, ou Ferragosto.
  • 29 août : fête du Rédempteur à Nuoro.
  • 1er novembre : Toussaint, ou Ognissanti.
  • 8 décembre : fête de l'Immaculée Conception, ou Immacolata.
  • 25 décembre : Noël, ou Natale.
  • 26 décembre : Saint-Étienne, ou Santo Stefano.

 

Évènements top 3

Le carnaval

En février, la Sardaigne adopte les couleurs du carnaval, pour un mois de festivités. Défilés masqués, danses et festins démarrent habituellement le 17 janvier. Les principales réjouissances se situent toutefois à l'approche de Mardi gras. Chaque commune a ses rituels et ses manifestations, des joutes équestres aux défilés de chars, des masques aux bouffons. Les plus spectaculaires se déroulent dans la province de Nuoro, les plus traditionnels dans le village de Mamoiada, avec les défilés des mamuthones, personnages costumésau masque noir, et des issohadores, au masque blanc.

La fête de Sant'Efisio

Soldat romain mort en martyr chrétien, Efisio d'Elia aurait, en 1656, répondu aux prières des Sardes en les sauvant de la peste. La procession qui lui rend hommage est l'un des évènements à ne pas manquer, attirant toute l'île à Cagliari, où le saint fut emprisonné. Chaque 1er mai, une procession riche en couleurs suit le chemin du martyr dans des rues jonchées pour l'occasion de pétales de rose, entre chars à bœufs et costumes traditionnels, sur fond de musique folklorique. La procession longe la côte jusqu'à Pula et les ruines de Nora où Sant'Efisio fut exécuté, puis retourne à Cagliari à la nuit tombée.

La fête du Rédempteur

La fête du Rédempteur célèbre le Christ à Nuoro, dans le centre est de la Sardaigne. C'est l'une des plus importantes fêtes religieuses de la ville, réunissant chaque année près de 100 000 personnes. Elle a lieu tous les 29 août depuis 1901. Le pèlerinage, qui va de Nuoro jusqu'à la statue du Christ sur le mont Ortobene, est accompagné de musiques traditionnelles jouées par les launeddas, instruments à vent traditionnels, de parades spectaculaires en costumes traditionnels, d'un festival de folklore et d'une procession aux flambeaux. Le soir venu, les meilleurs danseurs des compagnies de ballet sardes dansent le ballo tondo, une danse traditionnelle, dans l'amphithéâtre du village.

 

Ôvoyages vous souhaite d'inoubliables vacances en Sardaigne !